0

 x 

Panier Vide

Dernières News

Le chauffage infrarouge utilise principalement les murs, le plafond et le sol pour
stocker la chaleur émise.

Ceci a deux conséquences :

  1. Les radiateurs rayonnants infrarouges sont ultraplats et offrent des nouvelles perceptives en termes de design.
  2. Leur efficacité augment de façon sensible s’ils sont installés dans des bâtiments bien isolés.

C’est pour cette raison qu’une bonne isolation devient un critère important si vous voulez profitez encore plus de votre chauffage rayonnant infrarouge.

Une bonne isolation est caractérisée par plusieurs valeurs, entre autre ;

- La conductivité de la chaleur  et

- La résistance à la diffusion de vapeur « µ »

En autres mots en hiver une bonne isolation permet de conserver la chaleur à l’intérieur du bâtiment, mais permet malgré tout aux murs de « respirer » pour éviter le phénomène de la moisissure qui a des conséquences graves sur votre santé et « la santé de votre maison » .

A ce titre nous aimons particulièrement les produits Unger Diffutherm qui réunissent en tre autre ces deux critères. Le Système UdiReco de Unger Diffutherm s’applique en rénovation ou sur des constructions neuves et corresponde aux exigences des la réglementation offrant droit a un crédit d’impôt. A ce jour mai 2012 cette aide peut atteindre 18% de votre cout de rénovation (matériaux et main d’œuvre).

materiaux_isolants

Les produits d’isolation d’Unger Diffutherm sont brevetés, de très haut de gamme, facile à mettre en œuvre et s’applique à l’extérieur et à l’intérieur. Le résultat une qualité de rénovation et d’isolation qui vous permet de faire des économies d’énergie très importants

 

 

La technologie du chauffage rayonnant infrarouge évolue

Jusqu’à lors beaucoup des panneaux rayonnants infrarouges étaient équipés d’un cadre. En fonction de la conception des panneaux, cet élément était nécessaire pour couvrir les bords, souvent peu esthétique, et/ou pour assurer de la rigidité compte tenu de leur taille de surface. Ce cadre, souvent en aluminium, est parfois difficile à intégrer dans une décoration intérieure. Il génère aussi une surépaisseur qui rend le produit plus visible, un élément qui dérange en particulier lors d’un montage au plafond, mais également sur un mur.

chauffage_infrarouge_avec_cadre_alu

Une alternative pour éviter ce cadre sont les panneaux rayonnant infrarouges en verre. Malheureusement leur prix est souvent sensiblement plus élevé (à partir de 600 € pour des puissances supérieures à 600 Watt) et plus de 1000 € pour les grandes puissances supérieures à 1000 Watt. Conséquence un produit très esthétique, mais un tarif qui le rend moins facile d’accès pour équiper l’ensemble d’un logement.

Une vraie solution sont les panneaux rayonnants infrarouges DOMO-Systems sans cadre basés sur une structure métallique, relativement légère, mais très rigide et d’une belle finition sur les côtés. Ils permettent une installation au plafond et aux murs et plaisent beaucoup à cause de leur design discret.

Un grand atout reste leur tarif qui se situe entre 350,- et 580,- € pour une puissance entre 450 et 1200 Watt.

 

dbs1100 1400x600 cm 1100 watt

Le chauffage rayonnant infrarouge est sain et sûr et ne produit pas de CO à l’intérieur de votre logement

Le CO est un gaz très dangereux pouvant même entraîner la mort. Le CO ne peut pas se former avec des appareils de chauffage électriques.

· Il ne se sent pas

· Il ne se voit pas

· Il ne se goûte pas

· Il ne se perçoit pas au toucher

Tous les chauffe-eau à gaz et tous les appareils de chauffage fonctionnait au gaz, charbon, mazout et pétrole nécessitent beaucoup d'air (oxygène) pour brûler correctement. Le gaz toxique CO se forme en cas de présence trop faible d'oxygène dans la pièce.


Conseils de prévention

Veillez à aérer suffisamment. Il faut toujours prévoir une aération supplémentaire dans la pièce où se trouve le chauffe-eau ou un appareil de chauffage sans conduit d'évacuation de la fumée.

La cheminée doit avoir un bon tirage. Si les gaz de combustion ne peuvent pas s'échapper via la cheminée ou le conduit d'évacuation, du CO se formera dans la pièce.

Saviez-vous qu'une mauvaise aération peut empêcher l'appareil de bien fonctionner et le faire consommer davantage ?

Utilisation de l'appareil en toute sécurité

· Faites-le installer par un professionnel.

· Faites-le entretenir régulièrement.

· Utilisez-le de manière adéquate.

· Prévoyez de préférence un conduit d'évacuation de la fumée au moment du placement.



Les poêles et les chaudières de chauffage central doivent être correctement raccordées à une cheminée et être régulièrement entretenues par un homme de métier. Il est dangereux de laisser un poêle allumé en position basse. Cela diminue le tirage de la cheminée. Ne mettez donc jamais un trop grand poêle dans un petit local. En effet, vous aurez vite chaud et voudrez alors réduire l’allure du poêle, ce qui est extrêmement dangereux. Laissez le clapet d’oxygène d’un poêle à charbon et/ou à bois suffisamment ouvert. Les flammes doivent toujours pouvoir être suffisamment oxygénées. Veillez à ce l’air puisse arriver par une porte ou une fenêtre.

Les appareils déplaçables fonctionnant au pétrole, au kérosène ou au gaz ne sont pas raccordés à une cheminée et vont donc consommer de l’oxygène dans la pièce. Ensuite, les gaz de combustion vont se répandre dans la pièce. Mieux vaut donc éviter d’utiliser de tels appareils, car ils sont très dangereux ! Vous comptez malgré tout y avoir recours ?

· Utilisez ce genre d'appareil pas en continu

· Ne l'utilisez pas pendant que vous dormez

· Aérez toujours la pièce lorsque vous utilisez l'appareil

Les appareils de chauffage électriques ne peuvent pas générer de CO. Leur utilisation offre donc plus de sécurité, mais leur coût est plus élevé en termes de consommation.

Les cheminées et conduits d’évacuation de la fumée

· doivent dépasser au moins d’un mètre le bord de la toiture.

· ne peuvent pas être entravés par des arbres ni par de grands bâtiments.

· doivent être les plus rectilignes possibles.

· ne peuvent pas être constitués de conduits flexibles de hottes aspirantes.

· ne peuvent pas être fissurés ni troués, en ce compris dans la maison.

· ne peuvent pas être humides.

· doivent avoir des parois intérieures propres.

· doivent être bien isolés.

Il existe également des chauffe-eau à gaz, des poêles à gaz et des brûleurs à gaz avec évacuation murale (également appelée “système à ventouse”). Ces appareils ne nécessitent pas de cheminée. Ils aspirent directement de l’extérieur l’oxygène nécessaire et vont immédiatement rejeter vers l’extérieur les gaz de combustion. Ces appareils sont très sûrs à conditions d’être correctement raccordés. Ils sont néanmoins un peu plus chers à l’achat.

Comment reconnaître une intoxication au CO ?

· Plusieurs personnes ou animaux se plaignent en même temps.

· On se plaint à certains moments (en prenant un bain, une douche ou en faisant la vaisselle).

· Les plaintes diminuent en présence d'air frais ou lorsqu'on est dehors.

· Dépôts de suie sur les murs autour du chauffe-eau à gaz.

· Condensation et humidité anormalement élevées dans la maison.

· Attention à la couleur des flammes. Des flammes jaunes sont le signe d'une mauvaise combustion.

Symptômes :

· maux de tête

· nausées

· évanouissement

· mort

Que faire en cas d'intoxication au CO ?

Veillez avant tout à votre propre sécurité !

· Ouvrez portes et fenêtres.

· Eteignez l'appareil.

· La personne est inconsciente : appelez les secours et signalez qu'il s'agit d'une intoxication au CO.

· La personne est consciente : faites-la sortir de la pièce et appelez le médecin.

 

DOMO-Systems aime le Blue Pod !

alt

L'électricité ne se stocke pas sur le réseau. Il faut donc à tout instant équilibrer la production d'électricité et la consommation.

Dès qu’apparaît un déséquilibre même très faible (bien inférieur à 1%), il faut le compenser d’urgence. A défaut, c’est la panne générale, comme on l’a connue le 4 novembre 2006 : plus de 10 millions de consommateurs en Europe furent soudain plongés dans le noir parce qu’un déséquilibre s’était produit en Allemagne.
Source : Ouest-France / Bretagne / Redon / Bains-sur-Oust / Archives du lundi 09-04-2012


La commune de La Gacilly s'est engagée à réduire sa consommation d'énergie. Elle invite les Gaciliens, « chauffés au tout électrique », à participer à cette démarche en mettant en place, comme dans ses propres bâtiments, un dispositif appelé « Effacement diffus ». 400 foyers sont concernés par cette nouvelle procédure, à la fois écologique et solidaire.

Concrètement, il s'agit d'installer au domicile un boîtier électronique connecté d'une part au tableau électrique, afin de commander l'alimentation des appareils de chauffage électrique, et d'autre part, à un système d'information relié au Réseau de transport d'électricité (RTE). Ainsi celui-ci pourra-t-il réguler les pics de consommation en suspendant un très court instant et de manière non perceptible, l'alimentation en électricité des seuls appareils de chauffage. Il réajustera ainsi la consommation de tous afin d'éviter une coupure de courant générale. L'intérêt pour les ménages résideaussien la réalisation de 15 % d'économie sur leur consommation.

Installation des boîtiers sur rendez-vous

La Gacilly a choisi la société Voltalis pour qu'elle installer, gratuitement et sans abonnement, les boîtiers d'Effacement Diffus dans le tableau électrique des particuliers. La société a signé la convention du pacte électrique breton avec l'État, la Région et RTE. Voltalis a prévu d'installer les boîtiers du 16 avril au 11 mai.

Des courriers sont envoyés aux habitants pour expliquer la démarche et ils peuvent prendre rendez-vous par coupon-réponse.

Une réunion publique sur ce sujet aura lieu mardi 10 avril à 19 h 30 à la salle des fêtes.

 

Voltalis, tél. 02 22 96 95 50. Ou par courriel : bretagne@voltalis  www.voltais.com

 

Les moisissures

Source de l'article : Site de l'Association Asthme & Allergies

  • En quelques mots…
  • Où les trouve-t-on ?
  • Comment s’en prévenir ?

En quelques mots…

Les moisissures sont des champignons microscopiques. Elles se reproduisent en émettant des spores dans l’atmosphère qui se dispersent dans l’air. Une fois inhalées, ces spores déclenchent les symptômes allergiques.

Un environnement humide favorise leur développement et accentue leur effet allergisant. Les moisissures combinées avec de l’humidité ambiante, c’est 52 % de risques supplémentaires de développer des maladies respiratoires¹. Par ailleurs, elles favorisent le développement des acariens, puisqu’ils s’en nourrissent .

40 % des logements sont touchés par des moisissures en France³.

150 variétés de moisissures allergisantes², certaines se révélant même toxiques.

Les moisissures les plus répandues dans nos environnements quotidiens sont :

l’Alternaria alternata (végétaux, débris organiques, produits alimentaires, papier peint)

l’Aspergillus nidulans (cartons, cuir, papier, produits alimentaires, textiles, sols, plantes)

le Cladosporium cladosporoides

Elles provoquent des allergies respiratoires (apparition ou aggravation de l’asthme) et des douleurs crâniennes, ventrales… (au-delà de 3m2 de moisissures dans une pièce).

Où les trouve-t-on ?

A l’arrière des meubles

Sous des parquets, plinthes, papiers peints, lambris, carrelages, cloisons, charpentes en bois, faux plafonds en polyester…

Dans les salles de bains et cuisines : joints de baignoires, douches, éviers

A proximité des réfrigérateurs et paniers à légumes

Dans les matelas et tapis

Dans les bacs à fleurs (dépôt blanchâtre sur la terre des bacs)

Sur les murs et les plafonds

Sur la nourriture oubliée (pain, fruits)

Elles se développent donc sur des matériaux inertes très variés (papier, bois, cuir…), dans des atmosphères humides, peu ventilés et généralement à des températures comprises entre 15 et 30°C.

Comment s’en prévenir ?

Surveiller les zones potentiellement humides : cuisine, salle de bain, toilettes, jouets de bain, réfrigérateur…

Être vigilant si des tâches d’humidité apparaissent sur les murs.

Rechercher les causes de l’humidité : condensation (souvent liée au système de ventilation), fuites, infiltrations, remontées telluriques, façades non hermétiques… Procéder dès que possible aux réparations.

Ne pas repeindre sur les moisissures.

Ne pas utiliser de parfums d’intérieur.

Éviter de faire sécher le linge dans l’appartement.

Limiter le nombre de plantes dans la maison, ne pas les mettre dans les chambres et ne pas leur disposer de réserve d’eau.

Chauffer le logement de manière homogène et éviter les écarts de température qui génèrent de la condensation par un phénomène de « pont thermique ».

Ne pas utiliser les produits dits « anti-moisissures » vendus dans le commerce, souvent émetteurs de Composés Organiques Volatils (COV).

Éviter les aquariums non recouverts.

Utiliser une hotte aspirante ou un extracteur.

Désinfecter les surfaces contaminées avec de l’eau de Javel en prenant soin de porter des gants et un masque contre la poussière.

Jeter ou nettoyer les tissus ayant une odeur de moisi.


¹ Sondage Ifop pour la Brique Monomur Terre Cuite, 2008

² et ³ OQAI Campagne nationale Logements 2003-2005 – État de la qualité de l’air dans les logements français

Page 2 sur 4